Renouvellement des systèmes de transport du grain pour les agriculteurs

En bref:


Trouver des solutions:

La FCA a accordé la priorité aux questions entourant le transport du grain au cours de l’année dernière, et a travaillé fort pour proposer des solutions qui amélioreront la situation des agriculteurs. Nos cadres de direction ont rencontré des parlementaires et ont donné des exposés officiels au ministre des Transports et aux comités parlementaires, et nous avons soumis un document de travail durant le plus récent processus de consultation du gouvernement. Tout au long de ces activités, nous avons proposé une série de recommandations.


Cliquez ici pour livre le document d’information de la FCA sur le transport du grain.


Recommandations de la FCA:


Contexte

Au cours de la campagne agricole de 2013-2014, l’incapacité de transporter le grain aux marchés d’exportation rapidement s’est soldée par des pertes évaluées à 6,5 milliards de dollars. En réponse à ce problème, le gouvernement a pris des mesures d’urgence en adoptant le projet de loi C-30, qui a aidé à atténuer les difficultés et à mettre en place des moyens efficaces pour améliorer la compétitivité. Une mesure clé était l’extension de la limite d’interconnexion établie par voie réglementaire de 30 km à 160 km et la possibilité pour les expéditeurs d’être « dédommagés directement pour toute dépense » engagée si les chemins de fer ne satisfont pas à leurs obligations liées aux niveaux de service en vertu de la Loi sur les transports au Canada.
En juillet 2016, le gouvernement fédéral a rendu public l’Examen de la Loi sur les transports au Canada, ou rapport Emerson. Ce rapport a suscité des préoccupations parmi les agriculteurs, puisqu’il recommandait plusieurs mesures qui nuiront aux producteurs, notamment :

Les agriculteurs craignent que ces recommandations, si elles sont appliquées, donnent un avantage inéquitable aux compagnies ferroviaires, puisque la vaste majorité des agriculteurs n’ont accès qu’à un seul transporteur de fret, ce qui les rend vulnérables à des pratiques monopolistiques.
Les marchés et la demande pour le grain canadien continueront de croître, en particulier dans la région du Pacifique. Il est vital d’améliorer les systèmes de manutention et systèmes logistiques et de s’assurer que l’infrastructure nécessaire est en place pour répondre à ces exigences.